L’installation du Réseau Social dans l’entreprise 2.0

Où en est-on dans l’adoption des process et principes qui définissent une Entreprise 2.0 ? Peut-on constater une évolution dans l’esprit des décisionnaires ? Le comportement des salariés change t-il face à ce phénomène ? Ce sont des questions bien actuelles qui trouvent différents types de réponses auprès des penseurs 2.0… le blogueur Bertrand Duperrin prévoit, par exemple, pour 2011 la valeur ou le déni pour l’entreprise 2.0 et Anthony Poncier avec son livre blanc sur l’entreprise 2.0 . Serions-nous à la croisée des chemins ? En haut du « hype cycle » du Gartner au moment ou les illusions sont les plus fortes.

Avant de regarder les faits dans l’entreprise, regardons un peu dehors. Le tsunami Social continue dans le grand Web et Facebook n’a jamais été aussi dominant. Time magazine ne s’y trompe pas d’ailleurs en élisant Marc Zuckerberg homme de l’année 2010. Et pas comme on avait pu le prévoir, Steve Job patron d’Apple…qui n’a pourtant pas démérité. Encore une fois, le Web surpasse l’entreprise dans sa capacité à faire rêver et montrer la voie. On peut donc penser que  les réseaux sociaux grands public n’ont pas encore fini leur ascension. Pas de signe d’affaiblissement ou d’arrêt. Bien au contraire. Le réseau social est le grand trou noir du Web qui recrée un Web dans le Web. Un monde virtuel du quotidien dans le monde virtuel.

La déclinaison dans l’entreprise suit doucement et précautionneusement son chemin avec quelques années de retard… On est donc pour l’entreprise non pas fin 2010 mais fin 2005. A ce moment, les blogs sont encore puissants, le Wiki en vogue et les médias sociaux nombreux et encore fragmentés. Le réseau social d’entreprise n’a pas encore exécuté son travail de sape et d’absorbeur des autres systèmes. Les entreprises sont encore hésitantes : réseau social d’entreprise ou  intranet plus musclé ou encore un Wiki pour tous… Alors que sur le grand Web, les internautes ont déjà fait leur choix.

Si on regarde les chiffres, côté éditeurs, le marché  met le paquet. Tous les mammouths du secteur ont leur RSE bien en vue et communiquent dessus : Microsoft avec Sharepoint, IBM avec Lotus Connection et même Oracle avec Oracle Social Suite plus orienté CRM. Au niveau au dessous, Jive a levé plus de 50M$, SocialText 30M$ et Yammer 40M$. Ce dernier annonce qu’il a conquis plus de 150.000 entreprises et 1 million d’utilisateurs. Bigre. Ce sont des chiffres qui font réfléchir… Et en France, les acteurs ne sont pas en reste : BlueKiwi, TalkSpirit Seemy sont tous en croissance. Et nous même (Jamespot) prévoyions une croissance à trois chiffres… Les chiffres ont parlé, le marché est bien là.

A moins d’une hallucination collective, c’est le marché  IT le plus en croissance en ce moment.

De quoi s’agit-il en fait ? : Pas moins de remplacer tout ou une partie des mails, intranets, systèmes collaboratifs autour du document, extranets clients, BPM (Business Process Management) par un outil versatile et beaucoup plus maniable, le RSE (Réseau Social d’Entreprise). Ce marché est d’au moins 1 à 2 milliards de dollars à l’horizon 2013 ().

En 2010, les projets ont commencé à changer de nature pour refléter cette ambition. Les projets RSE « avant » étaient généralement conçus autour de la notion de communauté de pairs pour échanger des bonnes pratiques. Comme on l’a rappelé souvent sur Jamespot le blog, ces projets, intéressants sur le papier ne sont pas des vrais drivers de business. C’est pourquoi il est très intéressant de voir que des managers qui ont en charge des process clés pour leurs entreprises commencent à accepter l’idée que le réseau social est l’outil nécessaire pour atteindre l’objectif business. C’est pour moi le signe que le marché du RSE n’en est qu’à ses débuts. Car maintenant, il ne fait plus de doute que le RSE est un levier business et pas un « employee toy » sympathique.

En atteste par l’exemple les projets que nous avons mené chez Renault, I&E ou encore ENRX. Sans rentrer dans le détail, Renault outille son réseau de concessions dédiées aux professionnels, I&E s’en sert pour garder le contact  avec ses clients et ENRX (parc régional) en fait l’outil de coordination des projets des parcs. Dans les trois cas, c’est tout le business de l’organisation qui transite via le réseau social d’entreprise.  On reviendra bientôt sur ces cas car ils sont porteurs d’usage exemplaire pour un RSE.

C’est donc moins l’avènement de l’Entreprise2.0, une nouvelle façon radicale de travailler, que de l’avènement du Réseau Social dans l’Entreprise que l’on entrevoit aujourd’hui.  Le RSE s’inscrit dans la logique on ne peut plus classique de l’Entreprise de toujours, mais en lui apportant une nouvelle forme, un nouveau levier de croissance, comme tout bon outil innovant.

Maintenant, les barrières à lever restent encore nombreuses. C’est d’abord le poids des habitudes. On ne se débarrasse pas en quelques mois des réflexes et des façons de faire amenées par les portails ou les intranets classiques. Et il est encore plus difficile d’accepter qu’un RSE peut être plus performant qu’une application « classique ». Nombreux sont ceux encore qui pensent que le RSE, même s’il est plus sérieux qu’un Facebook, reste un espace dédié à la parlotte.  C’est pourquoi, chez Jamespot, on n’a jamais forcé sur ces conversations. Le terme français renvoyant à trop d’implicites négatifs en antagonistes à l’entreprise.  Ca me rappelle les « bavardages » à l’école. La parole reste connotée en entreprise comme une perte de temps et d’énergie. Nous préférons parler du process, qui inclut l’échange mais lui donne une finalité. Ce que ne fait pas une conversation.

Donc du travail encore pour rendre définitivement sérieux & business le RSE.

Pour les salariés, la question est plus simple. Elle se reporte maintenant sur les problématiques de privacy. Ce qui est arrivé aux salariés licenciés pour des propos tenus dans un réseau social privé leur renvoient à nouveau les risques associés à la libre expression. Et donc, à l’injonction contradictoire : partage, exprime toi, ouvre les réseaux…mais fait attention à ne pas publier des informations que l’entreprise juge inappropriée. Où est la limite ? Comme toujours, nous sommes en train de la poser. Editeurs fournisseurs de solutions, managers, responsables politiques. La jurisprudence est en route. Parfois avec des dégâts collatéraux malvenus…

2011 s’annonce donc comme une année de plus dans l’arrivée du réseau social d’entreprise comme une pierre angulaire essentielle du système d’information. Il vient compléter la palette existante au côté de la BI, les ERP, CRM etc… Les questions de normalisation vont donc aller en croissant : celle du profil utilisateur, de l’authentification, de la connexion aux applications, pour l’intégration… Même si le marché n’est pas encore en capacité d’y répondre tout à fait aujourd’hui. D’une part parce que les besoins et les usages ne sont pas encore posés. On standardise quand le marché est mur. Ensuite, parce que les acteurs étant encore nombreux, ils n’ont pas encore forcement intérêt de coopérer pour fournir de systèmes interopérables ou plutôt les attentes de clients les amènent plutôt à travailler leurs propres solutions…

Ce qui se profile en revanche, c’est une segmentation plus forte des acteurs. Je finalise actuellement un ouvrage sur « Les Réseaux Sociaux d’Entreprise » avec Guy Hervier qui paraîtra en Mars Collection Hermès Lavoisier, et nous avons travaillé à cette question. Or, on peut dire que les éditeurs commencent à se regrouper dans des segments de marché plus clairs. Comme par exemple la séparation entre RSE Interne, RSE entreprise étendue et RSE Social CRM. Nous aurons l’occasion d’y revenir en 2011. C’est aussi un signe de maturité évident.

Des nouvelles manières de faire du business. Un marché en croissance. Il n’en faut pas moins pour qu’au moins on sache une chose pour 2011 : un formidable timing pour ceux qui aiment imaginer, concevoir, tester, innover, conduire le changement. Cette mutation est celle d’un outil bien sur, mais aussi et avant tout celle des hommes et de leurs volontés, leurs envies.

Par Alain Garnier

Publicités

A propos blogjamespot

Mené par 3 entrepreneurs dans le numérique depuis plus de 15 ans, Jamespot porte la vision que le Web transforme et accélère les nouveaux usages autour de l’information pour l’individu et dans l’entreprise. Jamespot édite le site éponyme Jamespot.com, un réseau social qui permet de communiquer à ses amis ce qui nous intéresse sur le Web en un simple clic. Jamespot.com c’est à ce jour, des dizaines de milliers de Spotteurs actifs répartis sur 12 pays. Fort de son succès croissant et de l’adoption spontanée de ce nouveau réflexe, sur le Web, Jamespot décline également une version professionnelle, Jamespot.Pro, pour l’entreprise 2.0 qui impulse la puissance du réseau social au business.
Cet article, publié dans Nos chroniques et tribunes, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’installation du Réseau Social dans l’entreprise 2.0

  1. Bonsoir,

    merci pour la citation. Petit commentaire supplémentaire pour apporter ma pierre au débat.

    Je ne crois pas qu’on soit en haut du cyle de Gartner, pour paraphraser la dernière étude de Mc Kinsey sur le thème : « E2.0 it’s pay day ». Je crois que les entreprises sont plus matures et comprennent qu’il y a une vraie valeur ajoutée. Mais elles ne sont pas au bout du chemin. Comme le dit Bertrand cette valeur il va falloir la mesurer (sans parler de ROI) et au delà de la valeur, l’entreprise va devoir se transformer autour de ces outils et nouveaux process. Il y a donc de véritables impacts organisationnels et RH sur lesquels l’entreprise doit travailler si elle veut pleinement tirer partie du travail collaboratif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s