L’essentiel du déjeuner d’experts RH autour des réseaux sociaux d’entreprise

Le 21 juin s’est tenu le déjeuner d’experts de Transition Carrières et Jamespot… L’évènement rassemblait des invités d’une vingtaine de grands groupes français et internationaux.

L’objectif était de présenter le partenariat Jamespot et Transition Carrières mais surtout, de mettre en lumière l’émergence des nouvelles méthodes de travail dans l’entreprise grâce à la mise en place de réseau social d’entreprise.

Cette présentation a soulevé de nombreuses questions auxquelles Alain Garnier, CEO de Jamespot, et Etienne Daugny, Dirigeant de Transition Carrières ont répondu.

Pour en revenir à la position d’Atos au sujet du mail, un réseau social peut-il remplacer la messagerie et quid du lien avec le reste du monde ?

Aujourd’hui, on peut dire que les SharePoint, Lotus, IBM ont intégré le projet de convergence du mail et du RSE à leur roadmap. Les versions sont prévues pour 2014, on peut donc s’attendre à ce que les premiers déploiements de ces systèmes aient lieu vers 2015/2016. Mais effectivement, cela ne résout pas la question du lien avec l’externe. Peut-on envisager un substitut global de remplacement, une sorte de Facebook où il y aurait 100% des gens ? Dans ce cas de figure, on résoudrait certainement les problèmes de SPAM, mais pour le moment les réseaux sociaux grands publics ne sont pas adaptés pour cela.

Mais qu’est-ce que le réseau social remplace en fin de compte ?

Vos collaborateurs sont déjà  sur msn, sur Skype et participent à des blogs, des espaces d’expression… Il faut aller vers la convergence de tous ces outils pour créer des espaces d’échange  et de travail collaboratif.
Le réseau social d’entreprise peut aussi de remplacer un intranet statique. Mais la logique des intranets aujourd’hui, est encore Top & down et il faudra du temps pour installer de nouveaux usages beaucoup plus transverses. Ce sont donc tous ces outils qui ont vocation à intégrer le RSE.

Je comprends bien que ça génère  un meilleur climat social et des gains de productivité. Quels sont les autres avantages ?

+ 37% de productivité pour être précis, dans l’étude Jive. Mais aussi une meilleure communication client et si le process s’y prête, plus de ventes. Dans votre environnement métier, celui de la RH, pourrait prendre comme exemple emblématique l’élaboration du plan de formation : combien de temps, d’aller et retour de mails, combien de réunions physiques et téléphoniques pour aboutir à un consensus qui en général ne satisfait vraiment personne ?

Avez-vous déjà mis en place un réseau social d’entreprise rassemblant toutes l’ensemble des salariés d’une structure?

Oui, à l’échelle d’un département ou d’un métier. Notre savoir-faire et, ce qui a tissé les liens entre nos deux sociétés,  est plutôt de conseiller  d’installer un RSE sur mesure, « au millimètre » plutôt que de vouloir « vacciner » 10 ou 20 000 salariés d’un coup : une stratégie qui ne nous semble pas la plus efficace.

Inversement, nous sommes convaincus qu’un projet pilote, qui donne des résultats mesurables dans un délai court, permet à d’autres salariés d’être « moteurs » pour installer d’autres réseaux tout aussi performants et dans d’autres domaines !

Mes clients me disent que leurs salariés ont créé des hubs sur Facebook, Viadéo & LinkedIn. Les réactions sur ces espaces d’échange les inquiètent. Comment contrôler ce qui se dit sur les réseaux ?

Un participant rebondit : « Oui, nous avons une page Facebook, et nous avons modifié notre logo. De nombreux internautes ont exprimé leur désaccord »

Oui le réseau social libère la parole et d’ailleurs, si les pays arabes ont connu une telle actualité ces derniers mois, c’est bien parce que les individus se sont d’abord soulevés sur les réseaux sociaux. On ne peut pas empêcher les gens d’être libre et pour votre logo, vous auriez pu mettre à contribution votre communauté comme pour Starbucks qui a fait évoluer sa carte grâce au retour de ses consommateurs.  Et donc d’utiliser cette force comme au judo à son profit plutôt que d’y faire barrage.

Le réseau social n’est-il pas de la pollution sociale. Ne mène t’il pas à l’infobésité ?

Tout dépend de la stratégie initiale. Dans le cas Renault Véhicules Utilitaires par exemple, qui rassemble dans son réseau, les forces de vente, les équipes des filiales commerciales et les carrossiers agréés, les échanges sont uniquement autour du business. Simplement parce que la finalité du réseau est de faire du business en travaillant plus vite. Mais le réseau social d’entreprise n’a de « réseau social » que son mécanisme. Il n’a pas la même finalité.

« C’est vrai » entend-t-on à une table. « Il faudrait parler de réseau d’organisation d’entreprise ou réseau de communication  d’entreprise »

Etienne Daugny : « Ajoutons également que le rôle du community manager est primordial dans ce type de réseau. Il est le facilitateur des échanges de la communauté. Ce poste n’existait pas il y a encore 2 ans. »

Effectivement, pour le succès d’un RSE, le Community manager est vital afin d’encourager les membres du réseau à s’exprimer et en même temps réguler les flux de communication. Il est également là pour faire respecter les règles de fonctionnement inscrites dans la charte d’utilisation qui est portée à la connaissance de tous les salariés concernés.

Dans le cas d’un rapprochement d’entreprises, faut-il ouvrir le réseau pour éviter les dérives ?

Dans un tel contexte de fusion/acquisition, utiliser un RSE permet de travailler ensemble sur un projet. Rassembler l’équipe A et l’équipe B sur un tel outil permet également de rendre compte du climat social et de mesurer les risques psycho-sociaux. Le réseau social d’entreprise se prête très bien aux études Quali/Quanti et tout ce qui s’y dit reste opposable.

Comment s’affranchit-on de la problématique culturelle, des peurs et craintes des équipes managériales ? Dangerosité ?

Il faut que le top management s’implique sans être pas castrateur. Il faut savoir se taire pour laisser les collaborateurs prendre la parole et trouver leur place dans le réseau. C’est tout l’intérêt des formations des managers en priorité mais également des N-1/-2 afin de leur apprendre à se servir de l’outil en termes de communication interpersonnelle. Les KPI permettent de mesurer l’efficience de l’entreprise, ils sont destinés au management.

Y a-t-il des moyens de privatiser les informations ?

Oui, vous pouvez créer des communautés privées dans lesquelles les échanges ne sont visibles que par les personnes qui y sont invitées. L’existence même de ces communautés privées n’est connue que de ceux qui en font parties. C’est un avantage majeur des RSE que de pouvoir préserver l’homogénéité de l’information tout en la sécurisant quel que soit le nombre de collaborateurs « autorisés »

Le RSE est-il pas une évolution des systèmes de collaboration ?

Dans les années 2000, nous avions le groupware qui permettait d’échanger  des PDF. Aujourd’hui, nous avons le RSE qui permet de faire plus de choses : verbaliser les actions, échanger des docs, se parler directement et, au sens propre faire « tourner » l’information sans interférence…

Quel coût pour l’entreprise ?

Tout dépend du projet, de son envergure. Actuellement, Transition Carrières et Jamespot s’accordent à donner les fourchettes suivantes en distinguant 3 aspects :

1/   l’audit des besoins au démarrage et leurs éventuelles extensions, la négociations de la charte d’utilisation : 10 à 30 000 euros

2/ L’installation et la mise en place du système informatique qui se situe dans une fourchette très large en fonction des besoins identifiés : entre 15/25 000 euros et jusqu’au double pour des projets de très grande envergure.

3/ Les formations et le soutien du Community manager et des salariés : pour information, la formation d’un salarié en petit groupe de 10 à 12 personnes peut s’évaluer autour de 200/250 euros

Publicités

A propos blogjamespot

Mené par 3 entrepreneurs dans le numérique depuis plus de 15 ans, Jamespot porte la vision que le Web transforme et accélère les nouveaux usages autour de l’information pour l’individu et dans l’entreprise. Jamespot édite le site éponyme Jamespot.com, un réseau social qui permet de communiquer à ses amis ce qui nous intéresse sur le Web en un simple clic. Jamespot.com c’est à ce jour, des dizaines de milliers de Spotteurs actifs répartis sur 12 pays. Fort de son succès croissant et de l’adoption spontanée de ce nouveau réflexe, sur le Web, Jamespot décline également une version professionnelle, Jamespot.Pro, pour l’entreprise 2.0 qui impulse la puissance du réseau social au business.
Cet article, publié dans ++ de réseaux sociaux, RDV du web, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s