Démultipliez votre ProductivITé et votre compétITivITé avec un réseau social d’entreprise

La France souffre aujourd’hui d’une grave crise de la productivité. Les entreprises françaises sont à la traine, comme en atteste les 75 milliards de déficit. Les causes ?  L’envolée des prix du pétrole bien sûr, mais surtout un manque de compétitivité et la faiblesse des PME, notamment à l’export.

Et qu’on se le dise, la compétitivité n’a rien à voir avec les 35 heures et d’hypothétiques travailleurs Français « feignants » – ce qu’on entend à chaque fois qu’on aborde le sujet, car ils travaillent plus que les Allemands. Alors ?

Alors, la cause principale réside dans le retard chronique, et qui devient critique, dans l’investissement informatique et des nouvelles technologies. « Nous avons entre 1,5 et 2,5 points de croissance en moins sur 5 ans par rapport à ce qui pourrait être l’optimum », analyse Grégoire Postel-Vinay (Minefi). « 10% d’investissement en plus, en gros, c’est 0,3% de croissance en plus, complète Claude Salzman (consultant indépendant), soulignant la perte de l’équivalent d’une année de croissance en raison du sous-investissement informatique des entreprises françaises.

C’est donc 10 milliards d’Euros qui ont encore été perdus l’an dernier par manque d’investissement IT.

Prenons l’exemple que je connais le mieux et qui est représentatif de l’ampleur des dégâts : le réseau social d’entreprise.

Il répond à 100%, des 6 points de productivité que proposent l’IT (cf dossier du journal du net), et les projets que je vois apportent une compétitivité aux entreprises sans aucune mesure avec les outils classiques. Nous le mesurons chaque jour. Mais… alors qu’aux US déjà 1 million de personne et plus de 100.000 entreprises utilisent déjà Yammer, un de nos sympathiques concurrent, en France, le marché reste encore confidentiel, les PME ne sont pas équipées et les grands comptes se lancent doucement. Quelques départements se sont lancés, mais la plus grande majorité est attentiste.

Ce qui a de quoi surprendre, c’est que dans le même temps, les français, une fois rentrés chez eux et quitté l’habit d’employé, sont des usagers intensifs des réseaux sociaux, blogs et autres outils numériques. Plus actifs que la plupart des autres pays occidentaux.

Chefs d’entreprise, je vous le dis : il est temps de comprendre que vous gâchez chaque jour non seulement l’energie de vos employés mais aussi vous perdez des marges substantielles dans votre business. Il est temps de s’y mettre. Et sans retenue.

Car, les réseaux sociaux d’entreprise, ce sont (source JIVE 2011) plus de 37% productivité : Autour de l’information, des processus et de la productivité, un temps de recherche de l’information réduit de 32% (processus de prise de décision et localisation des experts), une diminution de 27% des mails et en moyenne 26% de réunions en moins.

C’est aussi plus de 31% d’indice CRM, autour du client et des ventes, la réduction des appels de support (-27%), l’augmentation des feedbacks et idées clients (+34%), l’augmentation du trafic sur les sites de l’entreprise (+34%), la croissance des ventes (+27%) et des ventes en ligne (+26%) et enfin la communication client (+42%)

Ces chiffres ont de quoi faire rêver. Ils sont à votre portée. Il suffit de s’y mettre. ET d’appliquer à votre business, les règles basiques du levier que constitue le RSE.

Pour vos échanges internes, vos ventes, vos projets, vos partenaires etc… Chaque jour vous voyez que votre entreprise fait face à de plus en plus de complexité. Qu’il faut aller vite. Que vous ne pouvez pas tout prévoir ni tout planifier. Qu’il faut de la souplesse… un outil à la mesure de vos enjeux : c’est ce que vous permet le réseau social d’entreprise.

Faisons un petit calcul.

Quel chiffre d’affaire (ou marge brute) avez vous réalisé l’an dernier ? Chut gardez-le en tête. Divisez-le par dix. Voilà ce que vous auriez pu gagner en plus à mettre en place un réseau social.

Maintenant, faisons un autre calcul. Additionnez le nombre de vos employés, au nombre de vos clients (en B2B) puis ajoutez le nombre de partenaires. Multipliez par 6. Puis par 10. Voilà le budget en Euros pour un RSE.

Je pense que vous pouvez faire vous même la différence entre les deux chiffres. Si il est positif alors qu’attendez vous ? Prenez dès aujourd’hui votre part de 10 Milliards d’euros perdus ! Resterez-vous comme la majorité des patrons français qui vont attendre les trois à cinq années classiques pour répliquer ce qui marche aux US ou ferez vous partie dès 2011 de ceux qui vont gagner en compétitivité, productivité et chiffre d’affaire ?

Publicités

A propos blogjamespot

Mené par 3 entrepreneurs dans le numérique depuis plus de 15 ans, Jamespot porte la vision que le Web transforme et accélère les nouveaux usages autour de l’information pour l’individu et dans l’entreprise. Jamespot édite le site éponyme Jamespot.com, un réseau social qui permet de communiquer à ses amis ce qui nous intéresse sur le Web en un simple clic. Jamespot.com c’est à ce jour, des dizaines de milliers de Spotteurs actifs répartis sur 12 pays. Fort de son succès croissant et de l’adoption spontanée de ce nouveau réflexe, sur le Web, Jamespot décline également une version professionnelle, Jamespot.Pro, pour l’entreprise 2.0 qui impulse la puissance du réseau social au business.
Cet article, publié dans ++ de réseaux sociaux, billet d'humeur, RSE pratique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Démultipliez votre ProductivITé et votre compétITivITé avec un réseau social d’entreprise

  1. Laurent dit :

    Je suis en partie d’accord avec cette analyse. En partie seulement car elle me semble incomplète.
    Je m’explique si effectivement les RSE sont facteurs de développement, il faut mettre en avant une méconnaissance inquiétante du coût réel de fabrication de chacune des productions qui est certainement encore plus la cause de tous nos maux. Ainsi, on fixe un prix de vente en fonction de notre estimation de cout de production mais sans savoir réellement s’il colle à la réalité, ce dont on est sûr c’est qu’avec la marge qui a été prise, l’entreprise ne peut que gagner dans la mesure où elle vendra. D’où notre problème, les pays émergents calculent de la même façon mais avec des frais fixes moindres, ils vendent moins chers, du coup nous n’avons plus de marché et donc nous licencions ou montrons les autres du doigt. Pourtant,il existe des modes de calcul plus pertinents, effectifs en temps réel et à même d’apporter à une entreprise des baisses de coût de production d’environ 20%. Cette marge supplémentaire est largement suffisante pour redonner du pouvoir d’achat aux acheteurs, prendre des parts de marché et embaucher. Voilà aussi comment l’économie doit évoluer afin de servir entreprises et consommateurs car en fait nos destins sont très liés. Il suffit que nos décideurs prennent connaissance de toutes ces solutions en reconnaissant que notre modèle économique d’entreprise n’a pas évolué depuis la deuxième guerre mondiale.

    • blogjamespot dit :

      Je suis d’accord sur le fait que d’autres facteurs rentrent en jeu. Comme la fixation du prix. Notamment, par les grands groupes sur des marchés captifs qui préfèrent garder leur marges que de gagner en compétitivité.
      MAIS, tous les pays occidentaux ont le même problème… et on reste aussi à la traine…
      C’est pourquoi je pense que l’IT (en général) et le RSE (en particuliers en tant qu’emblème de l’évolution possible avec la technologie) sont devenus un facteur déterminant.

  2. Ping : Démultipliez votre ProductivITé et votre compétITivITé avec un réseau social d’entreprise | eSDDO et les Réseaux Sociaux d'Entreprise | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s