12 prévisions (sociales) pour 2012

par Alain Garnier CEO Jamespot

1 – Les arbres (comme Facebook) ne montent pas au ciel

Commençons par les passions et la star du moment : Facebook. Entre ceux qui pensent que Facebook va tout dominer et ceux qui prédisent sa fin on ne sait plus à quel saint numérique se vouer… On est comme souvent en pleine « mystique » avec ses pro et ses antis, qui chacun assènent avec force leurs convictions.  Une chose est sûre, Facebook a mangé son pain blanc en termes de progression d’utilisateurs. Et il sera difficile pour le géant social de doubler sa base en 18 mois comme il l’a fait précédemment… ou alors il faudra qu’il paye en masse des accès haut débit dans le monde entier. Oui la croissance de Facebook va ralentir – j’ai bien dit la croissance ralentit – on est donc dans un phénomène d’augmentation du nombre d’usagers, de leur consommation notamment par les pays ou Facebook est encore peu utilisé. En revanche, le vrai challenge de Facebook est maintenant de monétiser de manière profitable cette base fidèle et captive comme l’a si bien su faire Google. Pour ensuite verrouiller le marché et mettre à distance les concurrents par tous les moyens possibles. C’est une fois que cette pirouette sera réussie qu’on pourra dire que Facebook est sauvé des eaux – au moins pour 10 / 20 ans – comme Microsoft nous l’a montré. D’ici là, l’arbre Facebook va continuer de croître en 2012.

2 – Google lentement mais surement (re)gagne la bataille du social

Google a raté son entrée en matière pour le social. Ou plus précisément, il ne l’a pas pris en sérieux. C’est le propre des « installés » avec l’innovation. Mais Google a les moyens de son retour en grâce. Il a payé Orkut. Une fois. Puis poussé sa R&D avec Wave. Deux fois. Relancé Buzz. Trois fois. Et enfin lancé Google+… qui semble prendre. Maintenant, le terrain social B2C est pris par Facebook. Alors Google rentre par une autre porte : celle d’abord de son moteur de recherche avec son +1 en donnant un « coup de pouce » naturel à son réseau social : chacun sait que Google tient compte de ces éléments pour mettre en avant des résultats de recherche. Tous les SEO de la terre se sont donc rués sur le « plus » de Google. Ensuite, Google a une stratégie qui vise à fournir aux entreprises des outils puissants, dont le réseau social d’entreprise. Et son Google+ est davantage pensé  pour ceux là – même si il doit évoluer pour prendre en compte la gouvernance d’une entreprise. Finalement, le retard de Google coïncide bien avec la croissance du besoin dans les entreprises du réseau social qui n’est mature que maintenant… un mal pour un bien pour  Google.

3 – Microsoft rachète encore un acteur du social

Et pourquoi pas ? Car Microsoft continue à faire des bénéfices colossaux depuis des années, assis qu’il est sur sa rente Windows/Office/Logiciels serveurs qui verrouille la grande majorité des entreprises. Alors, Microsoft a racheté Skype. Racheté Hotmail (c’était il y a longtemps). Va racheter Yahoo. Possède – il ne fait jamais l’oublier –  5% de Facebook . Je pense qu’il va encore mettre la main au portefeuille pour rester à la fois dans la course du Net et celle du social. Quelle sera la cible ? Un peu comme Skype : on sera tous surpris… mais on s’y fera…

4 – Tous les grands comptes sont équipés en RSE. Et alors ? What else ?

2011 a vu les grands comptes Français s’équiper en masse de RSE… ou tout simplement s’apercevoir qu’ils en avaient un dans leur licence Open fournie par Microsoft : Sharepoint. Entre ceux qui l’ont déjà installé, ceux qui le font et ceux qui vont le faire prochainement, la cause est entendue. So What ? Car le RSE « global », celui qui relie tous les employés, pour autant qu’il soit utile et nécessaire, ne révolutionne pas le fonctionnement des grandes entreprises. Et ce pour de multiples raisons qu’il serait trop long d’énumérer. Simplement, il faut 5 à 10 ans pour qu’un RSE global atteigne une masse critique d’usage dans un grand groupe, là où un RSE départemental met 1 à 2 ans pour s’imposer. Mais également parce que les effets d’un réseau social sont locaux avant d’être globaux… Aussi, pour 2012, les grandes entreprises vont se tourner vers du « local social » au niveau départemental, le seul qui permet à court terme de générer des gains de productivité.

5 – Le crowdsourcing devient le point central du social en entreprise

Autre évolution : après avoir mis le client au centre de son dispositif social, puis l’employé (parfois dans l’ordre inverse), les entreprises vont repenser le problème non pas en terme de frontière et de qui est qui, mais plutôt de « qu’est ce qu’il y a à faire » et comment le social peut y aider. On appelle ça d’un gros mot : le crowdsourcing.

6 – Le mail et le réseau social se rabibochent

On avait assisté à leur divorce en fanfare, quand l’un avait même prédit la mort de l’autre : c’était même un ancien ministre qui le disait. Bien sur, on savait bien que c’était aussi pour que le réseau social d’entreprise s’affirme et qu’il soit un peu écouté. 2012 sera donc l’année du rapprochement, des passerelles, des liens… les qualificatifs ne vont pas manquer pour sortir de l’affrontement stérile qui obligeait l’utilisateur à choisir entre « papa » et « maman ».

7 – Les bigdata viendront s’abreuver des réseaux sociaux dans l’entreprise

Les bigdata sont partout. On imagine ces milliards de liens dans Facebook à analyser… Partout, mais loin : hors de l’entreprise, dans le grand Web. En 2012 , cette question des bigdata va tout simplement rentrer à l’intérieur de l’entreprise. La faute d’abord aux réseaux sociaux qui rentrent eux aussi dans l’entreprise et qui sont de grands pourvoyeurs de données. La faute aussi à l’Opendata qui va permettre de puiser dans des monceaux de données publiques.

8 – Le réseau social privatif va renouveler le CRM et le marketing direct

2011 a été l’année du SocialCRM externe. Et a donné un avant-goût de ce qui va se tramer en 2012 : l’appropriation par les entreprises de l’idée qu’elles peuvent faire du CRM et du marketing direct digital avec des réseaux sociaux privatifs plutôt qu’avec une kyrielle d’outils adhoc. Un changement en termes de compréhension aussi radical que l’a été le CRM pour le monde des ventes et du marketing. Il faudra ensuite dix ans pour que les responsables marketing le banalisent…

9 –  La gamme des réseaux sociaux va se verticaliser

2011 a été une année de réplication des RSE sur des comptes et des secteurs privilégiés. En 2012 on va voir apparaître de manière claire des RSE verticalisés, à savoir qui répondront à une problématique de RSE « généralistes », mais déclinés pour un métier, ou mieux pour un secteur d’activité.

10 – 80% du social sera consommé par mobiles

On estime que la barre des 50% de consommation internet sur mobile est franchie. En 2012, les réseaux sociaux seront encore plus consommés sur les terminaux mobiles, ce bien au-delà de la moyenne. La raison principale est que le réseau social a aussi comme fonction de faire passer nos émotions, via des actions simples qui se prêtent à la mobilité. Si on ajoute que les acteurs du réseau social ont tous une stratégie mobile…

11 – Le social va disparaître… car il est partout !

En 2012, va-t-on encore parler de social tant le social s’est imposé : dans tous les sites, les nouveaux services, les applications métiers, dans la bureautique, etc… Il n’y a pas une dimension numérique qui échappe au social.  Si on passe au text-mining les échanges (au prisme du TFIDF pour les initiés ) alors le terme social disparaît. Non pas que trop de social tue le social. Au contraire ! Plus le social se propage, plus il est légitime. Plus les applications peuvent en tirer profit, plus on peut les connecter. Mais, a contrario, moins on en parlera.

12 – Le Social après avoir envahi le Web (re)rentre dans la sphère politique

Vous me direz « c’est déjà le cas » : blogs divers et variés, tweets (même maladroits), pages Facebook… la politique s’approprie le social. Mais ce n’est pas de ce social là dont je veux parler. C’est du sens politique du mot. Celui plus connoté de socialiste. Or, le social a été attaqué par la logique libérale, qui axe tout sur l’individu avec des contraintes (sociales minimum).  Et on voit  bien qu’il patine, le « système libéral ». C’est justement au moment où il a produit cette forme individuelle de liberté qu’est le réseau social que la conscience des peuples se réveille pour remettre du social dans le politique… Une belle ruse de l’Histoire que ce « social » là (vraiment socialiste) remis en selle par ce « social » ci (réseau social numérique).

A suivre en 2012. Il paraît qu’en France il y a une élection et une fin du monde.

Publicités

A propos blogjamespot

Mené par 3 entrepreneurs dans le numérique depuis plus de 15 ans, Jamespot porte la vision que le Web transforme et accélère les nouveaux usages autour de l’information pour l’individu et dans l’entreprise. Jamespot édite le site éponyme Jamespot.com, un réseau social qui permet de communiquer à ses amis ce qui nous intéresse sur le Web en un simple clic. Jamespot.com c’est à ce jour, des dizaines de milliers de Spotteurs actifs répartis sur 12 pays. Fort de son succès croissant et de l’adoption spontanée de ce nouveau réflexe, sur le Web, Jamespot décline également une version professionnelle, Jamespot.Pro, pour l’entreprise 2.0 qui impulse la puissance du réseau social au business.
Cet article a été publié dans billet d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 12 prévisions (sociales) pour 2012

  1. Ping : Revenons sur 2012… | Jamespot le blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s