Eurocloud Congress, épisode V : Cloud, secteur public et sécurité des données

Session : Goverment Cloud Strategy : learning from experience in France, Germany, UK

Pierre Barnabé – CEO SFR Business Team
Philippe Tavernier – President Numergy

En fait une session intégralement consacrée à Numergy
SFR explique qu’il sera revendeur de Numergy.
Numergy aura une politique de distribution indirecte, avec des revendeurs certifiés.
Numergy aura une offre IaaS et PaaS pour les petites entreprises.
Philippe Tavernier nous rappelle que la boite a été lancée il y a quelques jours et que du coup, il sont en pleine construction de l’organisation.
P. Tavernier donne le différentiel :
– Hébergé en France sur le droit français
– 200M€ en banque et 500 Millions d’Euros
– l’ADN des entreprises est fort et sera stable dans le temps
– un bon prix & des SLA forts

On ressort de là avec la conviction que SFR & Bull savent où ils vont et s’en sont donné les moyens.

Session : Transitioning Public Sector Data Centers to Cloud Technologies

Jorg Mecke Comparex AG
Alain Garnier Jamespot
David Sjolander – Primalogic
Mija Vavpotic – Xlab

Retour d’expérience de Jorg Mecke très technique sur un cas en Allemagne pour les gouvernements.

Une coopération entre Komunnale (gère 550 municipalité, 40.000 users) + Comparex intégrateur SI.
Les technologies impactées : Virtual Desktop, Application virtualisées, Serveurs virtualisés, Réseau virtualisé et Stockage virtualisé. Avec du SSO, gestion de l’identité, self service et accounting & billing.
Les produits utilisés étaient : NetAppStorage, CISCO UCS et Networks, et CITRIX XenServer XenApp XenDesktop CloudPortal CloudStack Netscaler, Microsoft Windows, App V, ZenOss Service Dynamics , MacAfee move, RSA SecurID.
A découvrir sur www.cloudmacher.de

Retour de David Sjolander en Suisse où des directives sont passées sur la privacy des données et du coup des municipalités ont été amenées à rejeter le Cloud car elles ne comprenaient plus rien à ces questions.

Au Royaume-Uni, en 2009, le gouvernement a demandé à une organisation professionnelle de s’attaquer à la question du Cloud – car le gouvernement n’avait pas les moyens –sous l’angle économique et celui de la sécurité.  Un G-Cloud (Gouvernement Cloud) est en route même si les moyens ne sont pas faciles à obtenir pour que ca démarre. Et une des raisons du développement du Cloud en UK vient aussi de la volonté de sortir de « l’oligopole » des grosses boites IT : CSC, IBM, HP et de faire rentrer de nouveaux entrants. Le Cloud est une des possibilités. Rappelons que le coût d’un poste traditionnel est de 400£ là où GoogleApps propose un poste complet à 30£ … Les acteurs classiques feront tout pour ne pas perdre cette manne ! Et même si rien n’est joué, ils ont déjà une stratégie sur le Cloud bien établie.

XLab qui opère en Europe, a la plupart des clients de la sphère publique qui sont … au japon !

Je présente Jamespot : spécialiste des réseaux sociaux d’entreprises, 100%SaaS. 60 clients. Dont Renault, Sephora, Veolia, Orange. Vainqueur en 2012 du meilleur cas client Eurocloud du secteur public. Ce qui me vaut cette table ronde.

Je rappelle qu’en France, il y a un fort regain d’intérêt pour la question du Cloud, comme en attestent les annonces autour de Numergy ou encore CloudWatt.

En ce qui concerne les cas publics ou para publics, je donne les « key factors » que nous avons rencontrés sur les projets Jamespot.

–          Pour tous : la question de la localisation des datas : il faut que ce soit en France > Patriot act
–          Pour l’ENRX : une transition vers le SaaS bienvenue car l’organisation est dispersée sur le territoire > SaaS = Pas de centre
–          Pour la DILA (service du premier ministre) : la question de l’accessibilité > dimension citoyenne des offres en SaaS
–          Pour l’AFCDP : un audit de sécurité a été demandé, suppression de tout marqueur hors zone Europe comme Google Analytics par exemple > Forte question de « Privacy »
–          Pour l’ANACT : Des questions sur le backup et la sécurité des données et des documents > Politique d’archivage et de conservation des données

J’ai donc expliqué que les instances publiques étaient plus attachées sur ces points particuliers selon notre expérience.

Des questions dans la salle, notamment sur les appels d’offres inadaptés… et le fait que le coût d’un projet Cloud puisse être jusqu’à 5 fois moins cher. Notamment pour le coût des serveurs, qui en mode hébergé coutent très cher. Mes homologues finissent sur le constat suivant : les lobbys et la peur du risque peuvent l’emporter et faire revenir aux systèmes traditionnels plutôt que de se lancer dans l’aventure du Cloud.

Conclusions de ce congrès EuroCloud 2012

La première impression qui se dégage est l’évidence du phénomène Cloud. Là où il y a à peine deux ans on donnait des chiffres pour se « rassurer » que le Cloud allait bien percer, aujourd’hui c’est fait.

En revanche, un grand sentiment de décalage avec un marché dynamique comme les US (ou l’Asie) est encore à l’œuvre en Europe. Et même le dynamisme des pouvoirs publics n’y change rien, ou pas suffisamment. La vieille Europe porte bien son nom : attentiste, lente à prendre le train du Cloud. Est-ce inexorable ?

Autre point intéressant, mes discussions avec mes confrères font ressortir un périmètre plus « lisible » des acteurs. Il y a moins de moutons à 5 pattes dont on ne comprenait pas ce qu’ils faisaient … même si on ne doutait pas de leurs capacités. Les acteurs que j’ai rencontré était bien mieux positionnés : les fameuses couches IaaS, PaaS et SaaS étant maintenant (presque) définies…

Enfin, je partage aussi avec d’autres avec qui on a longuement discuté de ces sujets du risque d’un effet Canada-dry du Cloud : ca ressemble à du Cloud, ça se market comme du Cloud mais ce n’est pas du Cloud… Le Cloud-Washing en quelque sorte.  Où l’on voit des entreprises « tradis » ajouter un serveur Web dans une machine et l’appeler Cloud Privé alors qu’il s’agit d’un simple serveur … Cela n’aide pas le marché à comprendre la valeur du Cloud et du SaaS. Louis Naugès en a d’ailleurs fait un petit questionnaire (lire ici) qui permet de démasquer le vrai du faux. Bien utile si vous voulez tirer profit du Cloud en vrai.

Publicités

A propos blogjamespot

Mené par 3 entrepreneurs dans le numérique depuis plus de 15 ans, Jamespot porte la vision que le Web transforme et accélère les nouveaux usages autour de l’information pour l’individu et dans l’entreprise. Jamespot édite le site éponyme Jamespot.com, un réseau social qui permet de communiquer à ses amis ce qui nous intéresse sur le Web en un simple clic. Jamespot.com c’est à ce jour, des dizaines de milliers de Spotteurs actifs répartis sur 12 pays. Fort de son succès croissant et de l’adoption spontanée de ce nouveau réflexe, sur le Web, Jamespot décline également une version professionnelle, Jamespot.Pro, pour l’entreprise 2.0 qui impulse la puissance du réseau social au business.
Cet article a été publié dans ++ de réseaux sociaux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s